Sites web gratuits et Agence Web en ligne

Informations

Responsable : Marie-France

(Président / Gérant / Autre)

Téléphone : 0690411578

Fax :

Voir aussi : les autres sites web (Guadeloupe 971)

Dernières actus du site internet :

Poème sur les oiseaux

La mort des oiseaux - (François Coppée
1842-1908)

Le soir, au coin du feu, j’ai pensé bien des fois,
A la mort d’un oiseau, quelque part, dans les bois,
Pendant les tristes jours de l’hiver monotone
Les pauvres nids déserts, les nids qu’on abandonne,
******
Se balancent au vent sur le ciel gris de fer.
Oh ! comme les oiseaux doivent mourir l’hiver !
Pourtant lorsque viendra le temps des violettes,
Nous ne trouverons pas leurs délicats squelettes.
******
Dans le gazon d’avril où nous irons courir.
Est-ce que " les oiseaux se cachent pour mourir ? "

Histoire de la chanson : Streets of Philadelphia

Ecrit en 1993, cet immense tube est l’un des titres phares de la
bande originale du film Philadelphia, de Jonathan Demme. Récompensée par
plusieurs Grammy Awards et par l’Oscar de la meilleure chanson
originale, ce morceau est aujourd’hui indissociable du succès rencontré
par ce film, l’un des tous premiers à évoquer l’épidémie de Sida. La
chanson de Bruce Springsteen n’est d’ailleurs par une ode à
Philadelphie, comme beaucoup l’ont pensé, mais un appel à la tolérance
envers les séropositifs et malades atteints du Sida, notamment au sein
de cette ville dont le nom signifie « Ville de l’amour fraternel »…
(Article publié le 22 octobre 2012 par larevuey dans Actualité, Musique)

ZEF AU REVOIR ET ADIEU

ZEF AU REVOIR ET ADIEUMON CHER ZEF, MON TENDRE OISEAU,

je viens te dire au revoir et adieu.


Toi qui as donné un sens à
ma vie lorsque celle-ci a pris un tournant difficile à savoir le départ
de mes enfants, mon déménagement, le fait de quitter mon travail et de
repartir à zéro dans un autre pays, une autre vie dans laquelle j'ai dû
me reconstruire, tu m'as apporté un soutien moral, un amour
inconditionnel, rien que le fait de te voir tous les jours me donnait
une raison de trouver que la vie est belle et qu'il y avait autre chose à
vivre finalement.

Je sais bien qu'un oiseau vit environ 13 années, et que tu n'étais peut être finalement que la 2ème génération de "ZEF" Il y a eu le premier "ZEF" qui m'a accueilli lorsque je suis arrivée en Guadeloupe en 1999 avec mon déménagement. Je n'avais pas encore ouvert les cartons et déballé que toi tu étais déjà là sur le rebord de la fenêtre à me souhaiter la bienvenue : celui là était mon premier "amour" il vivait chez nous et avec nous, il était toujours près...

NABUCCO de VERDI - HISTOIRE

Pour Giuseppe Verdi comme pour le public qui découvre ses opéras, dans une Italie prompte à s’enflammer à la moindre étincelle patriotique, Nabucco est l’opéra par lequel tout arrive : premier triomphe populaire, premier coup de maitre, première preuve que l’opéra romantique italien ne se fera pas sans ce jeune musicien au tempérament puissant, quasi inconnu jusqu’alors. Sur un sujet biblique de Solera, Verdi anime ses personnages d’une plume vigoureuse : vocalises pointues et accès de rage pour la terrible Abigaille ; vaillance, démesure, et soudaines bouffées d’humanité pour Nabucco, roi de Babylone. Sous les accents martiaux d’un orchestre bien cadencé s’envolent déjà ces mélodies immortelles qui disent l’inspiration ardente et la sensibilité à fleur de peau de cet audacieux. Mais Verdi réserve ses plus fougueuses envolées au peuple hébreu en quête de patrie : dans le célèbre chœur « Va pensiero » résonnent les accents plein d’espoir d’une Italie aspirant elle aussi à l’unité.


RESUME: L’action se déroule à Jérusalem et à Babylone en 586 avant Jésus-Christ. Nabucco, roi de Babylone, a triomphé des Hébreux. Zaccaria, leur grand prêtre, menace de tuer Fenena, fille de Nabucco, s’il ne renonce pas à ses menaces impies ; Fenena aime par ailleurs Ismaël, neveu du roi de Jérusalem. Seule la foudre divine semble stopper Nabucco qui, en osant se proclamer l’égal de Dieux, tombe terrassé : l’esclave Abigaille, persuadée jusque là d’être la fille légitime du roi, profite immédiatement de la situation pour lui ravir sa couronne, s’emparer du pouvoir et l’emprisonner. Eprise elle aussi d’Ismaël, Abigaille condamne Fenena au supplice. Depuis sa cellule, Nabucco prie le Dieu des Juifs ; il sera finalement libéré par ses hommes et interviendra juste à temps pour empêcher l’irréparable, sauvant sa fille Fenena et libérant les Hébreux opprimés. Abigaille périt empoisonnée, non sans avoir imploré le pardon pour ses crimes et béni l’union d’Ismaël et Fenena.

Le Nid

Le Nid
Le lendemain matin, le soleil se lève vers 6 heures environ, et je suis encore dans mon lit, mais déjà j'entends des bruits qui proviennent de ma terrasse.

Des raclements, des froissements, puis plus rien, puis cela recommence. Je me lève donc et je vais voir ce qui se passe. Les porte-fenêtres et volets sont bien fermés et c'est derrière ceux de mon bureau que le bruit provient.

J'ouvre d'un coup les volets et là je vois un oiseau qui s'envole, je reconnais ma trembleuse, et évidemment plein de feuilles et branches par terre. Je me dis qu'ils (mes oiseaux) doivent être en plein travail, je lève les yeux et j'aperçois effectivement un branche qui dépasse de la boîte en plastique. Une seule branche, donc ils en sont aux préparatifs.

Je suis là en train de regarder quand tout à coup j'entends derrière moi un cri d'oiseau, genre cri d'avertissement : son bref et fort, strident. Je regarde ma trembleuse, elle est là, toute tremblante, me regarde fixement et me lance son cri d'avertissement...

Histoire de la Grive Trembleuse

Histoire de la Grive TrembleuseTout d'abord je vais vous présenter cet oiseau magnifique que l'on appelle ici en Guadeloupe la grive trembleuse ou trembleur brun (Internet : fiche du parc national de la Guadeloupe) :
Sa taille est d'environ 25 cm avec un long bec courbe noir, pattes noires, dos brun roussâtre, ventre couleur chamois, l'iris de l'oeil est jaune orangé (spectaculaire !). Lorsqu'elle est posée elle agite sans cesse ses ailes comme prise de tremblement. Ce comportement pourrait s'expliquer par la nécessité pour elle de réguler la température de son corps en agitant ses ailes.

C'est un oiseau chanteur remarquable, il se nourrit de baies et d'insectes qu'il cherche sur des troncs d'arbres.

La femelle pond environ 2 ou 3 oeufs bleu-vert, les poussins quittent leur nid au bout d'une quinzaine de jours,

Maintenant l'histoire :

Tout a commencé avec un chant.

Un matin où je prenais comme d'habitude mon petit déjeuner sur ma terrasse, j'entends ce chant, clair, mais je ne vois pas l'oiseau. Je devine qu'il se trouve...

Histoire de ZEF (5) - Suite et fin de la mangeoire

Histoire de ZEF (5) - Suite et fin de la mangeoire
Finalement une certaine forme de routine s'instaure.

Le matin vers les 6 heures 30 environ, j'entends les chants d'oiseaux qui se rapprochent de la maison. D'abord dans les manguiers, puis sur la barrière autour de la maison et enfin lorsque j'entrouvre le volet afin de bénéficier de la fraîcheur du matin et faire une légère grasse matinée (disons jusqu'à 7 heures) je les entends qui chantent de plus en plus fort.

Ils s'appellent, s'interpellent, se répondent. Voici d'ailleurs le dialogue que je leur prête : mais que fait-elle ? Elle n'est pas encore debout..., tu crois qu'elle dort encore ? Mais c'est pas vrai ma chère, y'a plus de ponctualité de nos jours ! Bon et si je chantais un peu plus fort tu ne penses pas que ça la réveillerait ? Allez je me lance ! C'est alors qu'au bout de tous ces palabres j'entends effectivement un chant plus puissant derrière mes volets, un espèce de sifflement "énervé" puis j'entends quelque chose qui se pose sur le haut du volet, je vois le mâle qui penche...

Histoire de ZEF (4) multitude d'oiseaux

Histoire de ZEF (4) multitude d'oiseauxJe décide alors de surveiller d'un peu plus près la façon dont les oiseaux vont utiliser la mangeoire.

C'est ainsi qu'en plus de mon "chef" et de zef sur son pot de sucre, je vois arriver un couple d'oiseaux, le mâle avec son plumage toujours aussi noir et brillant et sa gorge rouge et une femelle reconnaissable avec ses plumes brun gris nuancé de vert olive sur le dos et ses ailes qui sont roussâtres.

Ils se posent à distance respectueuse de la mangeoire, histoire d'observer d'abord le terrain, puis ils s'approchent en sautillant sur le grillage. D'abord un petit saut, puis deux, trois, etc... si bien qu'ils arrivent juste au-dessus de la mangeoire. Ils penchent la tête à droite à gauche, de trois-quarts. Le mâle s'enhardit et d'un vol court se pose sur la mangeoire. Il regarde, prend un grain de riz et plus rapide que l'éclair va se poser à côté de la femelle.

Je le vois qui machouille son grain de riz, j'ai l'impression de les entendre dialoguer tous les deux avec leurs petits cris si ...
...

Petites histoires d'animaux à rire et à pleurer !


A RIRE :

L'histoire se passe dans notre maison. Le haut d'un mur est bâti avec des claustrats (briques ajourées) et un couple d'oiseaux sporophiles mâle noir et rouge et femelle marron, a trouvé tout naturellement la bonne idée d'y installer son nid.

Nous avons ainsi pu assister au dessus de nos têtes, au va et vient de la construction du nid avec de temps en temps une brindille qui tombait sur une petit table posée au dessous. Plus tard la femelle s'est habituée à notre présence et elle est restée pour couver ses oeufs. Lorsque l'on passait près du mur je pouvais apercevoir son petit bec qui pointait curieusement et peut être aussi avec un peu de frayeur. Je lui parlais d'ailleurs en passant, je lui souhaitais le bonjour et ainsi elle devait sentir que tout allait bien, qu'il n'y avait pas de danger.

Puis les petits sont nés et un matin nous avons entendu ce pépiement si doux et si particulier de petits oiseaux nouveaux-nés. Pépiement qui va crescendo au fur et à mesure que les oiseaux ...
...

La saison des nids - Détresse

La saison des nids - Détresse
Tout allait trop bien jusque là : ma princesse, le nid, les petits, je ne me serais jamais doutée qu'en fait cela allait mal se terminer !

Un matin donc après le rituel du mâle qui s'approche seul et appelle sa femelle, je vois arriver ma princesse d'un vol rapide depuis le nid, sans faire de petit bec bisou intermédiaire à son compagnon, et qui se pose sur la table devant moi. Chose curieuse, elle toujours si bien soignée de sa personne avec ses petites plumes bien lisses, là au contraire on dirait un hérisson, ses plumes sont hérissées, toutes de travers. Elle me fixe d'un air un peu affolé, pousse quelques petits cris aigus prend un peu de pain dans son bec et s'envole vite vers le nid où elle rentre bien vite.

Je trouve son attitude curieuse, je me dis en plaisantant que les petits oisillons ont dû faire la "java" dans le nid toute la nuit, qu'elle n'a pas pu dormir et que "là haut" il va y avoir de sérieuses mises au point sur le règlement intérieur du nid : plus de bruit après 22 ...
...

Tendresse

Tendresse
Ca y est le nid est bien terminé et la femelle doit être en train de couver car ce matin le mâle est venu seul me dire bonjour pendant que je prenais mon petit déjeuner.

Puis le mâle après avoir fait quelques tours et détours de la véranda se pose sur la barrière juste sous le nid et là se met à chanter tout doucement, c'est un appel car je vois la femelle qui sort du nid et en un coup d'aile vient se poser à côté de lui. Elle étire ses ailes et vient me trouver en sautillant de ci et de là sur la table : elle a faim et s'empresse de picorer les petites miettes que je lui avais réservées. Elle me regarde fixement parfois, à voir ses yeux posés sur moi j'ai l'impression de sentir tout l'amour qu'elle veut me donner parce qu'elle sent que je les aime et ne leur ferais jamais de mal.

Pendant ce temps le mâle reste près du nid, puis ma princesse s'envole à tire-d'ailes vers le proche manguier et le mâle à son tour la suit. Ils effectueront ainsi quelques allers et retours et hop, à nouveau ...
...

Amours

Amours
Le lendemain matin, avant même de m'installer sur ma véranda toujours pour prendre mon petit déjeuner, j'entends depuis la chambre les oiseaux qui chantent à tue-tête. J'ai l'impression qu'ils sont partout : sur le grillage, sur le volet, dans l'arbre, sur le toit, bref leurs chants résonnent et je suis curieuse de voir toute cette agitation.

Ce qui prédomine pour l'instant c'est l'activité de mon couple d'amoureux. Ils vont et viennent toujours avec une brindille dans le bec. Et vas-y que je vole avec jusqu'au nid et que je me pose sur la poutre et que la brindille tombe, et que je la ramasse, et je vole à nouveau vers le nid (ouf je suis fatiguée de les voir s'agiter ainsi, mais quel plaisir) et là la femelle rentre dans le nid avec sa brindille et comme elle est très longue (je parle de la brindille évidemment) je vois juste bouger cette brindille qui rentre petit à petit dans le nid. C'est très amusant. Puis lorsque tout est rentré, j'entends des gratouillements contre la boite : elle ...
...

C'est qui le plus têtu !

C'est qui le plus têtu !
Le lendemain matin, malgré le beau soleil et le doux alizé, j'ai le sentiment que mes oiseaux vont me faire tourner "en bourrique" !! Il y a de l'agitation dans l'air. Le couple d'oiseau est bien là campé sur ses deux pattes avec l'un une brindille dans le bec et l'autre une espèce de branche et ils commencent à se répartir les rôles : quand un réussit à poser sa brindille que je jette illico dans le jardin, l'autre essaie avec sa branche, etc... etc... D'ailleurs c'est incroyable lorsque l'on remarque la quantité de matériau (branches, brindilles, feuilles sèches) qu'ils transportent par rapport à leurs poids, on se demande comment ils font, ça doit être épuisant tous ces va et vient.

Mais ils ont beau peser 20 grammes environ et mesurer 10 cm je sens que je ne fais pas le poids contre leur ténacité. De plus étant donné que je ne les laisse pas construire ce nid à l'intérieur, ils commencent à être affolés car la construction du nid qui prend une journée environ suit de très près la ...
...

Prémices !

Prémices !
Un matin, pendant mon petit déjeuner sur la véranda, je vois arriver un mâle sporophile (gorge rouge) accompagné d'une femelle oiseau.Rien de plus banal me direz-vous ! Mais là je sens qu'il y a autre chose car ils ne bougent pas, me regardent fixement, puis de temps en temps sautillent sur la barrière, s'arrêtent et recommencent. Bon je me dis qu'il s'agit de "nouveaux arrivants" qui veulent se familiariser avec cet environnement et qu'ils me font voir qu'ils sont là. Ils se présentent quoi !

Puis ils se mettent à "pépier" tous les deux. C'est un joli échange tout doux entre-eux, comme une jolie musique : j'ai la nette impression que le mâle vante les charmes de la maison à sa jolie petite femelle : J'imagine leur dialogue : "regarde comme c'est clair, tout neuf, tout propre, il n'y a pas de danger "la personne que tu vois là assise ne nous fera jamais de mal, tu ne risques rien, puis tu vois les poutres là en haut à droite ça a l'air bien abrité donc idéal pour notre nid d'amour, s'il ...

Silly Symphonies



Cf Wikipedia : Les Silly Symphonies[1] sont une série de courts métrages animés produits entre 1929 et 1939 par les studios Disney.

Chacun des courts métrages est une Silly Symphony.

Contrairement aux dessins animés mettant en scène Mickey Mouse, Donald Duck, Dingo ou encore Pluto, les Silly Symphonies n'ont pas de personnages récurrents à quelques exceptions près, comme par exemple Les Trois Petits Cochons, Le Lièvre et la Tortue et certains courts avec Pluto. Les histoires prennent principalement leurs sources dans les contes populaires européens et américains.

La principale particularité associable à la série est la qualité des réalisations, que ce soit l'animation, la musique ou le scénario. Russell Merritt et J.B. Kaufman, spécialistes du monde de Walt Disney et auteurs de plusieurs ouvrages de référence, assimilent les Silly Symphonies à la collection « haute couture » des studios Disney[7]. C'est en quelque sorte le fil conducteur de la série. La critique est semble-t-ilSilly Symphonies
...

Le carnaval des Animaux - Camille Saint Saens



WIKIPEDIA : Camille Saint-Saëns est un compositeur et musicien français de l'époque post-romantique, né à Paris le 9 octobre 1835 et mort à Alger le 16 décembre 1921. Il était également pianiste et organiste. Il a écrit douze opéras, dont le plus connu est Samson et Dalila (1877), de nombreux oratorios, cinq symphonies, cinq concertos pour piano, trois pour violon et deux pour violoncelle, des compositions chorales, de la musique de chambre, des pièces pittoresques, dont Le Carnaval des animaux 1886.




Quant au Carnaval des animaux, il s’agit d’un divertissement : alors que Saint-Saëns est en vacances, il cherche à distraire ses amis et sa famille. Comme c’est une pièce légère et satirique (il y parodie notamment un passage de "La Damnation de Faust" de Berlioz, l’aria du Barbiere de Rossini et sa propre Danse macabre), Saint-Saëns interdit la représentation de l’œuvre de son vivant. Seule la partie intitulée Le Cygne est exclue de cette interdiction, et deviendra un « tube » pour violoncelle
...

Les petits

Les petitsA partir du moment où j'ai entendu les appels des petits oiseaux dans le nid, toute mon attention va être tournée vers cet endroit. Je ne veux surtout pas rater la moindre évolution de la situation.

Tout d'abord la femelle qui couvait depuis une quinzaine de jours environ se montre maintenant très active : je vois le couple toujours occupé entre des va-et-vient à tour de rôle entre les arbres environnants et le nid qui est toujours bien gardé par l'un ou l'autre des oiseaux.

Je sais toujours lorsque l'un ou l'autre des adultes apporte à manger dans le nid car alors les petits se mettent à piailler au début tout doucement puis au fur et à mesure qu'ils grandissent, le son devient de plus en plus fort. C'est un son continu qui ne s'arrête que lorsque les petits ont la bouche pleine évidemment !!! Et il ne piaillent pas sans arrêt mais uniquement lorsqu'ils savent qu'un des adultes va leur apporter à manger. C'est étrange à entendre.

Donc ma journée est ponctuée par ces mini piaillements et...

Naissance

Naissance
Les jours suivants j'assiste à un va et vient du couple. Il y en a un qui me paraît plus farouche que l'autre, je suppose qu'il s'agit de la femelle, par contre l'autre est assez vindicatif : il arrive et se pose toujours non loin du nid, toujours en hauteur et surveille : me surveille d'une part et surveille aussi les autres oiseaux car entre-temps la vie continue pour mon petit monde qui tourne autour de la maison : les sporophiles, cici, kio, pique-boeufs, ortolans, tourterelle, et j'en passe.

Aussi le mâle à l'oeil vif et surveille tout ce qui pourrait s'approcher du nid et je dois dire que la réponse est immédiate si un intrus arrive en volant trop près il est bon pour une poursuite féroce du mâle trembleur. Rien ne doit s'approcher à moins de 30 mètres : je suis une exception évidemment puisqu'il me tolère dans mon bureau et encore à condition que je sois devant mon ordinateur sans bouger, sinon il devient inquiet.

Lorsque je me mets à étendre mon linge le mâle vient se poser ...

LA MOLDAU - SMETANA


Vltava

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.



La Vltava (parfois désignée par son nom allemand : Moldau) est une rivière de la République tchèque, affluent de l'Elbe.
Géographie[modifier]
Elle prend sa source dans la forêt de Bohême et traverse la Bohême, du sud au nord, pour se jeter dans l'Elbe après un parcours de 430 km. Elle passe par Prague, sous le pont Émilie et sous le fameux Pont Charles.
Elle alimente de nombreuses centrales hydroélectriques.
Inspiration[modifier]
La rivière a inspiré le compositeur Bedřich Smetana qui lui consacra un poème symphonique dans son cycle Má Vlast (Ma Patrie). Il est plus connu sous son nom allemand La Moldau.





...
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z