Sites web gratuits et Agence Web en ligne

Site web Normale Sup' - Lagardère - ENS Régates

Club / Association sportive
Voile
Ecole Normale Supérieure
75005 Paris
www.ens-regates.fr

Informations

Responsable :

(Président / Gérant / Autre)

Téléphone :

Voir aussi : les autres sites web (Paris 75)

Dernières actus du site internet :

25 Juillet. Le postlogue de la Seyne-Sur-Mer marque la fin du Tour de France...

25 Juillet. Le postlogue de la Seyne-Sur-Mer marque la fin du Tour de France à la Voile.

Un parcours côtier de 22 milles lors du duquel l'équipage a
embarqué des membres de l'équipe à
terre. Dernière course sur le Farr 30 pour certain, première régate pour d'autres, ce postlogue c'est déroulé dans un esprit conviviale et Normale Sup'-Lagardère finit en 3e position.



Cette édition 2010 du Tour de France à la Voile était la dernière du Farr 30. L'an prochain c'est le M34 qui prend le relais en devenant le bateau officiel du Tour de France.

Si Normale Sup' - Lagardère ne sait pas encore s'il fera partie de l'aventure Tour de France 2011, l'équipage compte bien finir l'année 2010 en participant à la Route des îles, dernière étape du Championnat de France des équipages. A cette occasion, les équipiers se retrouvent du 2 au 12 septembre pour une semaine de régates entre Marseille, Propriano et Ajaccio.

Samedi 24 Juillet. Normale Sup' - Lagardère termine le Tour sur une très belle...

Samedi 24 Juillet. Normale Sup' - Lagardère termine le Tour sur une très belle course !
Les deux dernières manches du Tour se sont déroulées dans un mistral soufflant. Vers 14h le vent mollit permettant aux bateaux de quitter le ponton.

Normale Sup' - Lagardère débute la première course avec une configuration de voiles standard. Un bon départ légèrement en dessous de la flotte, mais après quelques erreurs tactiques le bateau passe la ligne la course à la 18e place.

Sur la deuxième manche le vent se lève. Le comité retarde le départ de la course et Normale Sup' - Lagardère choisit de mettre le spi n°3. Le départ est réussi et le bateau prend rapidement une bonne vitesse permettant de sortir Oman Sail (équipage professionnel). En tête de flotte, l'équipage maintient son allure au portant et réussi l'affalage à la bouée sous le vent. Cette dernière course se termine sur une belle 5e place.

Vendredi 23 Juillet. Marseille – Seyne-sur-mer, 3 heures de course mouvementée...

Vendredi 23 Juillet. Marseille – Seyne-sur-mer, 3 heures de course mouvementée dans un Mistral impétueux.

Sur
cette dernière étape de ralliement, l’équipage a navigué dans des
conditions encore jamais rencontrées depuis le début du Tour : 30 nœuds
de vent, quatre mètres de houles pour des pointes de vitesse à 24 nœuds
sous spi.

L’équipage commence la course en hésitant sur le spi. Après avoir pris


L’équipage commence la course en hésitant sur le spi. Après avoir pris
un peu de retard, c’est finalement le grand spi qui permet de gagner
quelques places. Avec une vitesse de 10-13 nœuds, la course se poursuit
au large pour Normale Sup’ – Lagardère qui cherche à avoir le plus de
vent possible. Les empannages (manœuvre de virement de bord vent arrière) se passent bien, le vent continue de monter, des démâtages et spis cassés sont annoncés à la VHF. Pour Normale Sup' - Lagardère c'est un départ à l'abattée qui a marqué les esprits : Sous spi au portant une vague fait gîter le bateau, le mât, le tangon et le spi se retrouvent dans l'eau. En quelques secondes les équipiers immergés reprennent leur poste, le spi est récupéré, et le bateau reprend sa course avec le petit spi dans un vent de 18 nœuds en moyenne.

Les Farrs 30 surfent, les skippers sont concentrés, les équipages sont regroupés à l’arrière pour empêcher le bateau de plonger lorsqu' à 12h50, le comité annule la course et demande...

Jeudi 22 juillet. Une bonne moyenne sur les trois manches de la journée !

Jeudi 22 juillet. Une bonne moyenne sur les trois manches de la journée !

Un vent variable de 15 à 22 nœuds sur les trois manches. La première course commence bien avec un bon départ, Normale Sup’ - Lagardère prend une option sur le flanc gauche de la flotte et se retrouve bloqué par les priorités au passage de bouée. Sur cette manche l’équipage joue avec le vent et enchaine plusieurs manœuvres d‘empannage et de virement de bord avant de terminer 17e.

Dans les mêmes conditions, sur la seconde manche, le bateau arrive à monter dans le classement de la course et passe la ligne d’arrivée à la 15e place.

La troisième manche se fait lors d’une phase mollissante du vent qui devient un peu plus stable et permet à l’équipage de rester dans la pression (là où il y a du vent) en se dégageant sur la droite du plan d’eau. L’équipage réussi la plupart de ses manœuvres et finit en 13e position.

Josselin Le Meitour

« Quand je pense à Josselin, me reviennent en souvenir tous les bons moments...

« Quand je pense à Josselin, me reviennent en souvenir tous les bons moments passés ensemble, à deux ou en équipage. D’abord pendant les week-ends d’entrainement où nous avons eu l’occasion de beaucoup partager durant les aller-retours en voiture entre Paris et la Bretagne. Lors de nos navigations dans le Golfe du Morbihan et, bien sûr, lors de nos régates. Je me souviens tout particulièrement du Tour de France à la Voile 2009 : nous avons partagé la passion de la voile et j’ai beaucoup appris à son contact. Une des choses qui m’a le plus frappé chez Josselin c’est son sang froid dans de moments difficiles : il arrivait à rester calme quand beaucoup de personnes se seraient énervées et il pensait toujours à une solution possible.
C’est avec beaucoup d'émotions que je navigue à nouveau dans le cadre du projet Normale Sup’ - Lagardère pour le Tour de France à la Voile, auquel nous avons contribué tous ensemble.

Josselin, j’ai partagé des moments inoubliables avec toi, ils resteront gravés dans...

« Josselin est un ami parti beaucoup trop tôt. Nous nous sommes croisés au Tour...

« Josselin est un ami parti beaucoup trop tôt. Nous nous sommes croisés au Tour de France a la Voile 2009 puis avons réellement fait connaissance à la Trinité en octobre 2009 à la régate avec notre partenaire Rise Conseil alors que je rejoignais l’équipe. Nous nous sommes vraiment très bien entendus. Quel dommage, je pense bien à toi.»

Eric, équipier du Tour de France à la Voile 2009

« Jo,

« Jo,

Cela fait maintenant quelques mois que tu navigues sur d’autres océans mais aujourd’hui, tu es encore présent dans l’esprit de tout ancien équipier…

Que de souvenirs pour nous tous… On a tiré nos premiers bords ensemble à l’école primaire à Arradon. A l’époque, on n’avait pas vraiment l’esprit régate et il faut dire que nos montures - des Optimists en alu - n’incitaient pas vraiment à éviter les collisions.
C’est vers les 12 - 13 ans qu’on s’est décidé à faire équipe ensemble, d’abord du KL 15.5 entre les îles du golfe du Morbihan et puis du Hobie Cat 16 avec toute la bande d’Extrem Team à l’ENV (Ecole Nationale de Voile) de Quiberon.

A tes côtés, j’ai vraiment beaucoup appris, pas seulement à naviguer mais aussi à faire le mur discrètement, à jouer au baby-foot, bref que du lourd…
Avec le recul, ces 5 années passées à tes côtés furent vraiment exceptionnelles et quand je remonte le film, les bons souvenirs rejaillissent :
- Régate de l’armistice à Maubuisson un 11 novembre, je me les caille,...

« Josselin m'a offert la possibilité de naviguer, rester en contact avec la...

« Josselin m'a offert la possibilité de naviguer, rester en contact avec la mer pendant mes années d'étude à Paris. C'est avec vous tous (membres de ENS Régates) que j'ai participé à ma première régate !
Il m'a fait découvrir Paris (cinéma, théâtre, restaurant) (…) C'était un jeune homme plein de projets, il envisageait de construire un bateau, il souhaitait battre un record de la voile (la traversée de la manche, de l'Atlantique, ... ) toujours partant, plein d'idées et surtout de motivation pour les réaliser.
Il aurait, plus grand, participé au Figaro, comme son papa.
Extrêmement respectueux de la nature, grande valeur inculquée par sa maman.
Une pensée très particulière à la famille de Josselin qui nous a permis de rencontrer ce jeune homme fabuleux, qui, personnellement, a une grande influence dans mes projets. »

Morgane, équipière du Spi Ouest 2008.

« Quand je pense à Josselin, le premier souvenir qui me vient est celui d'un...

« Quand je pense à Josselin, le premier souvenir qui me vient est celui d'un long voyage en voiture que nous avions fait lors du Tour de France à la Voile 2009 ensemble entre Royan et St Cyprien. Ce trajet semble banal mais il s'inscrit dans le cadre du projet ENS Régates du Tour de France 2009 dans lequel Josselin a tenu un rôle particulièrement important.

Pour moi, ce trajet est révélateur du caractère exceptionnel de Josselin et de son engagement dans les situations qui lui tenaient à cœur. Ce voyage résume à merveille sa passion et son sens du sacrifice, sans rentrer dans les détails il fut le seul à prendre le temps de passer un permis spécial, d'affronter les démarches administratives puis de sacrifier une soirée et d'affronter la fatigue pour transporter le bateau pour que le projet du Tour 2009 réussisse.
Se mettre au service des autres sans se poser de question. »

Grégoire, équipier du Tour de France à la Voile 2009.

« C'est au cours du Tour Voile 2009 que j'ai découvert Josselin.

« C'est au cours du Tour Voile 2009 que j'ai découvert Josselin.
Il a tout de suite fait preuve d'une grande implication dans le projet, sa passion pour la mer était évidente. Josselin faisait preuve d'une certaine discrétion, cependant il savait être chaleureux et bienveillant pour les nouveaux membres de l'équipe. J'ai notamment apprécié sa bonne humeur et son sens de l'humour. Il ne rechignait pas aux tâches ingrates et se sacrifiait pour le projet. Durant ce mois de navigation, j'ai pu découvrir une personnalité riche aux multiples passions, à l'intelligence et à l'ouverture d'esprit.
Il m'a permis de vivre une expérience incroyable et j’espère porter au plus haut le projet qu'il avait initié. »

Goustan, équipier du Tour de France 2009.

« Je me souviens d’un soir sur les quais de Lorient. Nous avons embarqué pour...

« Je me souviens d’un soir sur les quais de Lorient. Nous avons embarqué pour virer les Glénan en compagnie d’un marin qui les connaissait bien pour les avoir cent fois croisés sur son chemin. D’un œil malin, il me confiait le sextant et la boussole à main alors que moi, jamais je n’avais parcouru les nocturnes espaces des mers de la Bretagne.

C’était si généreux que l’émotion m’obligea bientôt à lui restituer ces yeux habiles qui sauvent les voiliers des roches acérées. Aux abords des Moutons, dont les blanches écumes semblaient si douces à l’œil, Josselin fut prompt à la manœuvre pour corriger le tir et retrouver la route paisible de Fouesnant.

Attentifs et bienveillants, Ben et Thomas surveillaient cette équipée sauvage. Ce fut une nuit magique qui marqua à jamais mon histoire de marin. Une nuit d’aventures et d’apprentissages que Josselin avait su rendre fructueuse et intense. Les Glénan se souviendront longtemps du défi généreux qu’il leur avait lancé en me confiant, à moi, novice des...

« Parmi les nombreuses rencontres qu'il m'a été donné de faire à l'occasion...

« Parmi les nombreuses rencontres qu'il m'a été donné de faire à l'occasion du Tour de France à la Voile 2009, celle de Josselin est des plus marquantes. Notre collaboration dans la mise en place et la gestion du projet s'est lentement mais sûrement teintée de complicité. Combien de fois avons-nous refait le monde ensemble, autour d'un couscous et d'un verre de Boulaouane, au Pt'it Cahoua ? Cette année, je n'ai pas perdu un partenaire, ou un équipier, mais un véritable ami. Drôle, généreux, profondément humain. Un ami franco de port, un copain d'abord, un de ceux qui, cent ans après, manquent encore. »

Fanny, équipière du Tour de France.

« Je l’ai connu à 12-13 ans par le biais de ses parents. Il est venu s’entrainer...

« Je l’ai connu à 12-13 ans par le biais de ses parents. Il est venu s’entrainer avec nous (à la Société des Régates de Vannes, SRV). C’est là que j’ai appris à le connaître, à travers une passion commune pour le bateau. Nous avions une relation entraineur – entrainé quand il était encore au lycée.

C’était un garçon discret, on n’entendait pas beaucoup le son de sa voix, à certains moments il était même effacé. Passionné, il ne disait pas grand’ chose mais il était vraiment à l’écoute. On ne pouvait sentir que de la passion chez lui. C’était un garçon très sympa, bosseur et agréable. Peut être un peu trop discret parce qu’il avait beaucoup à apporter à mon avis.

Il avait un intérêt majeur pour la voile, une vraie passion pour les bateaux en général et pas uniquement la compétition. Avec Pierre Emmanuel (équipier de régates à la SRV) ils ont toujours été réglos. On était parti en très bons termes et depuis on avait gardé de bonnes relations. Avec beaucoup de qualités, c’était quelqu’un à qui...

L’équipage de Normale Sup’ – Lagardère souhaite rendre hommage à Josselin Le...

L’équipage de Normale Sup’ – Lagardère souhaite rendre hommage à Josselin Le Meitour, équipier et co-fondateur de l’association ENS Régates, qui nous a quittés en mars dernier.

Cette année encore, une quinzaine d’étudiants a pu s’engager dans un projet Tour de France à la voile grâce à ENS Régates. Le travail passionné de Fanny Vesco, Grégoire Seizilles et Josselin Le Meitour au cours de l’année 2008/2009 a en effet permis de monter un projet solide et durable, et a donné à tous l’opportunité de profiter de cette compétition exceptionnelle deux ans de suite.

Cet hommage regroupe les témoignages de proches avec qui il a partagé sa passion pour la voile.

« Parmi les moments que j'ai pu passer avec Josselin je me souviens particulièrement...

« Parmi les moments que j'ai pu passer avec Josselin je me souviens particulièrement d'un événement qui, pour moi, révèle au mieux son sang froid et son ingéniosité.
En effet nous logions à quelques kilomètres du Havre pour un week-end de préparation du bateau. Nous n'avions que peu de temps pour terminer une quantité importante de travaux sur le bateau. Au volant d'un 4x4 nous n'avions pas hésité à couper à travers de petites routes au milieu des champs pour rejoindre au plus vite le Farr 30. C'est alors que nous nous sommes embourbés. Nous étions en très mauvaise posture, au milieu de vaches interloquées par notre présence. Je me demandais comment nous allions nous tirer de là. Josselin, avec une dextérité et un calme qui me frappèrent, était parvenu à trouver un plan ingénieux pour nous sortir de ce bourbier. Une fois sortis de cette mauvaise passe, il s'en suivit un week-end de franches rigolades qui, avec les souvenirs de mer, restent comme les meilleurs passés avec mon ami. »

Benoit,...

Samedi


Samedi

17 et dimanche 18. Cap sur Port Camargue !



Tous les bateaux ont traversé
le sud-ouest de la France en convoyage pour rejoindre la Méditerranée.
Samedi l’équipage s’est mobilisé pour polir la carène et faire les
dernières réparations avant de mettre le bateau à l’eau en début de soirée. Dimanche la journée a été rythmée par des réglages et des
essais en mer. Le bateau est prêt pour les dernières régates du Tour.

Fort de son expérience de l’an passé, l’équipage de Normale Sup’ -
Lagardère espère bien poursuivre ses bons résultats et confirmer les
craintes de ses concurrents les plus proches au classement provisoire.






Dans la nuit du 20 au 21 juillet. Normale Sup' - Lagardère arrive 13e sur le...

Dans la nuit du 20 au 21 juillet. Normale Sup' - Lagardère arrive 13e sur le ralliement Port Camargue - Marseille.

Après un très bon départ, la course commence sans bouée de dégagement, le vent étant dans l’axe de la première marque de passage. L’objectif fut de garder du vent frais en allant sur la gauche de la flotte. La nuit tombée, l’équipage fait du près et tire des bords pour sortir de la baie des Aigues Mortes en 11e position.
Normale Sup’ – Lagardère met le cap sur la bouée de Beauduc : dans un près serré l’équipage a des difficultés à prendre de la vitesse ce qui laisse l’opportunité à d'autres bateaux de passer devant.

En tournant le vent s’est retrouvé dans l’axe de la bouée, Normale Sup’ - Lagardère enchaine une série de virements de bord pour trouver un bon placement. Ce choix tactique ne s’est pas révélé le meilleur et l’équipage perd quelques places.

Une fois à la bouée Faraman, direction Marseille par une trajectoire plus abattue que d’autres bateaux. Ces derniers espéraient...

Jeudi 20 juillet. Après Port Camargue, Marseille est la prochaine ville-étape...

Jeudi 20 juillet. Après Port Camargue, Marseille est la prochaine ville-étape du Tour.
Quatre jours après l’arrivée dans le sud les équipages ont eu le temps de s’adapter au climat. A 13h52 dans un vent de 8-10 nœuds le top départ du parcours technique est donné : Normale Sup’ – Lagardère prend moins de vitesse que ses concurrents, l’équipage a du mal à se dégager et termine la manche en 20e position.
Les bateaux repartent ce soir à 19h30 pour le ralliement de 65 milles en direction de Marseille.

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z