Sites web gratuits et Agence Web en ligne

Informations

Responsable : Marc Avallone

(Président / Gérant / Autre)

Téléphone :

Fax :

Voir aussi : les autres sites web (Var 83)

Dernières actus du site internet :

La foi dans le gohonzon

J'ai bien reçu vos diverses offrandes. Je vous confie le Gohonzon pour la protection de votre jeune enfant. Ce Gohonzon est le coeur du Sutra du Lotus et l'oeil de tous les sutras enseignés par Shakyamuni. Il est comparable au soleil et à la lune dans le ciel, à un grand roi sur la terre, au coeur chez un être humain, au joyau exauçant tous les voeux parmi d'autres trésors, et au pilier d'une maison.
Quand une personne a foi en ce mandala, toutes les divinités se rassemblent autour d'elle, l'accompagnant comme son ombre, la protégeant jour et nuit, de même que des guerriers gardent leur seigneur, que des parents aiment leur enfant, qu'un poisson ne peut se passer d'eau, que les arbres et les plantes ont soif de pluie, et que les oiseaux ont besoin des arbres. Soyez-en absolument convaincue.
Avec mon profond respect,
Nichiren.
Le vingt-cinquième jour du huitième mois.

Sur itaï doshin

J'ai bien reçu le vêtement blanc d'hiver et celui de coton capitonné, ainsi qu'un kan de pièces qu'Hoki-bo m'a fait parvenir. Unis par leur foi courageuse, Hoki-bo, Sado-bo et les pratiquants d'Atsuhara ont démontré la véritable force d'itai doshin.
Lorsque itai doshin [un même coeur dans des corps différents] prévaut parmi les hommes, ils sont assurés d'atteindre leur but ; en revanche, s'ils agissent en dotai ishin [un même corps mais des coeurs différents], ils ne peuvent rien réaliser de remarquable. Les littératures confucéenne et taoïste comportent plus de trois mille volumes qui illustrent bien ce principe. Le roi Shang Zhou, à la tête d'une armée de 700 000 soldats, affronta le roi Zhou Wu qui, lui, ne disposait que de 800 hommes. Or, grâce à leur parfaite unité et en dépit de leur infériorité numérique, les hommes de Zhou Wu remportèrent la victoire sur les troupes divisées de Shang Zhou.
Une seule personne finira par échouer si ses buts sont contradictoires. Par contre, cent,...

Les huit vents

J'étais très inquiet à votre sujet, car je n'avais pas reçu de vos nouvelles depuis fort longtemps. J'ai été extrêmement heureux de recevoir votre messager, porteur de vos nombreux cadeaux. Je vais vous faire don d'un Gohonzon.
En réfléchissant au problème de votre transfert dans un autre fief, j'ai étudié la lettre que vous a envoyé le seigneur Ema, ainsi que celle que vous m'avez fait parvenir, et je les ai comparées. J'avais prévu cela avant même de recevoir votre lettre. Puisque votre seigneur y attache la plus grande importance, j'en déduis que d'autres vassaux lui ont parlé de vous en mauvais termes, disant : "Yorimoto [Shijo Kingo] vous manque de respect en refusant de s'installer dans un nouveau fief. Nombreux sont les gens égoïstes, mais lui l'est plus que beaucoup d'autres. Nous vous conseillons de ne plus lui manifester la moindre faveur pour le moment." Efforcez-vous de bien voir où se trouve le véritable problème, et agissez avec prudence.
En tant que vassal, vous et votre...

Les remparts de la foi

Dans votre lettre, vous demandez de quelle manière la rétribution varie, et quels sont les degrés d'opposition au Dharma bouddhique. Au départ, le Sutra du Lotus a été enseigné pour permettre à tous les hommes d'atteindre la bodhéité. Pourtant, seuls ceux qui ont foi en ce Sutra parviennent à l'Eveil. Ceux qui s'y opposent tombent dans l'enfer avici. Ainsi, il est dit dans le Sutra : "Celui qui refuse d'avoir foi en ce Sutra, et au contraire s'y oppose, détruit immédiatement les graines qui permettent d'atteindre la bodhéité en ce monde. Après sa mort, il tombera dans l'enfer avici.
Il y a divers degrés d'opposition au Dharma. Même parmi ceux qui croient dans les enseignements du Sutra du Lotus et les pratiquent, rares sont ceux qui les respectent totalement, par la pensée comme par l'action. Mais ceux qui ont commis des offenses mineures envers le Dharma bouddhique ne recevront pas de graves rétributions. La force de leur foi efface leurs fautes aussi aisément qu'une inondation éteint...

La réalité de la vie


Question. - Il est dit auchapitre Hoben*(II), dans le premier volume du Sutra du Lotus : "l'aspect réel de tous les phénomènes ne peut être compris et partagée que par des bouddhas. Cette réalité consiste en l'apparence, la nature... et leur cohérence du début jusqu'à la fin."(réf.) Quel est le sens de ce passage ?
Réponse. - Il signifie que tous les êtres et leur environnement dans chacun des dix mondes-états - du plus bas, l'état d'enfer, au plus élevé, l'état de bouddha - sont tous sans exception les manifestations de Myoho Renge Kyo. S'il y a environnement, un sujet s'y trouve nécessairement. Zhanlan* déclare : "Le sujet (shoho) aussi bien que son environnement (eho) sont toujours des manifestations de Myoho Renge Kyo."(réf.) Il dit encore : "L'aspect réel se révèle immanquablement dans tous les phénomènes, et tous les phénomènes possèdent immanquablement les dix modalités d'expression de la vie (nyoze). Les dix modalités opèrent immanquablement dans les dix mondes-états et les...


L'unité de mari et femme

Parmi les enseignements mensongers, arrachant les yeux et abusant l'esprit de tous les Japonais, en définitive, il n'en existe pas de plus erroné que celui que professent les maîtres du Shingon. Mais, pour l'instant, laissons cela de côté.
Les dix métaphores semblent illustrer les mérites relatifs du Sutra du Lotus et des autres sutras, mais telle n'était pas la véritable intention du Bouddha lorsqu'il les énonça. Son but était de comparer les pratiquants des autres sutras avec le Pratiquant du Sutra du Lotus, et de montrer que, tandis que le Pratiquant du Sutra du Lotus est comparable au soleil ou à la lune, les pratiquants des autres sutras sont comme des étoiles ou des torches.
Comment savons-nous cela ? La huitième métaphore(note) est suivie d'un passage d'une importance primordiale. On y lit : "Celui qui parviendra à accepter ce Sutra, et à y croire, sera ainsi également - il sera au premier rang, dans la multitude des êtres vivants."Ce passage de vingt-deux caractères est le coeur...

Un vaisseau pour traverser l'océan des souffrances

Lorsque je l'ai interrogé sur ce que vous m'aviez rapporté l'autre jour, j'ai eu la confirmation de ce que vous disiez. Vous devriez donc redoubler d'efforts dans la foi afin de recevoir les bienfaits du Sutra du Lotus. Écoutez avec les oreilles de Shiguang et observez avec les yeux de Li Lu.
Dans la période du Dharma formel, le Pratiquant du Sutra du Lotus apparaîtra de façon certaine. Plus grandes seront les difficultés qui s'abattront sur lui, plus il ressentira de joie grâce à la force de sa croyance. Un feu ne brûle-t-il pas de manière plus intense lorsqu'on l'alimente avec des bûches ? Toutes les rivières coulent vers l'océan, mais a-t-on jamais vu l'océan, trop plein, repousser leurs eaux ? Les rivières des difficultés se jettent dans l'océan du Sutra du Lotus, et assaillent son Pratiquant. L'océan ne rejette pas plus les rivières que le Pratiquant du Sutra du Lotus ne repousse les souffrances. Sans le flot des rivières, il n'y aurait pas d'océan. Sans épreuves, il n'y aurait...

Le véritable aspect du Gohonzon

J'ai bien reçu les cinq mille kan de pièces de monnaie, les sacs de riz et les fruits que vous avez envoyés en offrande au Gohonzon.
Le Bouddha Shakyamuni enseigna pendant cinquante ans, mais c'est seulement dans les huit dernières années qu'il révéla cet enseignement. Exposé pendant cette période, le Sutra du Lotus explique le Gohonzon dans les huit chapitres qui vont du chapitre Yujutsu*(XV) au chapitre Zokurui* (XXII). Après la mort du Bouddha, pendant les deux mille ans des époques du Dharma correct et du Dharma formel, le terme "gohonzon de l'enseignement essentiel*" ne fut jamais mentionné, et l'objet lui-même pouvait donc d'autant moins être concrétisé. Personne n'avait non plus la capacité de l'inscrire. Zhiyi*, Zhanlan* et Saicho* le perçurent dans leur coeur mais, pour une raison ou une autre, ne le divulguèrent jamais, de même que Yen-houei comprit le vrai sens de l'enseignement de Confucius mais le garda secret. Pourtant, le Sutra lui-même, aussi bien que les commentaires de...

Trois obstacles et 4 démons

Les deux hommes que vous avez envoyés m'ont remis plusieurs dons de votre part. Cela confirme ce que me disait dans son message le moine Nissho à propos de votre sincérité dans la foi.
Dans cette lettre, j'aimerais vous dire ce qui me semble le plus important pour vous.
Aux périodes du Dharma correct et du Dharma formel, si le monde n'a pas sombré dans le déclin, c'est parce que des sages et des personnes vertueuses sont souvent apparus et que les divinités ont protégé le peuple. Mais à l'époque des Derniers jours du Dharma, les gens sont devenus si avides que les disputes ne cessent d'éclater, entre souverain et sujet, parent et enfant, frères aîné et cadet, et plus encore entre personnes qui n'ont aucun lien. Par conséquent, les divinités abandonnent le pays et les trois calamités et les sept désastres se produisent l'un après l'autre, jusqu'à ce que, un, deux, trois, quatre, cinq, six ou sept soleils apparaissent dans le ciel(note). Les plantes se dessèchent et meurent et les rivières,...

La stratégie du Sutra du Lotus


J'ai lu avec attention la lettre dans laquelle vous décrivez votre récente escarmouche avec de puissants ennemis. Ainsi, ils ont fini par vous attaquer. Réjouissons-nous que votre prudence habituelle, votre courage et votre foi solide dans le Sutra du Lotus, vous aient permis de survivre sans la moindre blessure !
Si une personne est parvenue au bout de sa bonne fortune, aucune stratégie ne sert plus à rien. Et quand ses bienfaits sont épuisés, même ses serviteurs ne lui obéissent plus. Si vous avez survécu, c'est parce que vous possédez encore de la bonne fortune.
En outre, dans le chapitre Zokurui* (XXII), les divinités célestes ont fait serment de protéger le pratiquant du Sutra du Lotus. Parmi toutes les forces protectrices du ciel, c'est Nitten et Gatten qui nous protègent de façon visible. Comment douter de leur protection ? Marishi-ten, notamment, sert Nitten. Comment la vassale Marishi-ten pourrait-elle abandonner le pratiquant du Sutra du Lotus quand son seigneur, Nitten, le...

Un sage perçoit les trois phases de la vie

Un sage est celui qui perçoit clairement les trois phases de la vie. Les Trois Augustes et Cinq Empereurs auxquels le confucianisme se réfère, tout comme les Trois Sages [de la Chine ancienne], n'appréhendaient que le présent ; ils ne connaissaient ni le passé, ni l'avenir. Les brahmanes, capables de percevoir quatre-vingt millekalpas dans le passé et l'avenir, étaient, dans une infime mesure, des sages. Les personnes des deux véhicules du Hinayana, connaissant le Dharma de cause et d'effet pour le passé et le futur, étaient des sages supérieurs aux brahmanes.
Les bodhisattvas du Hinayana percevaient le passé sur une période de trois asogikalpa, alors que les bodhisattvas de l'enseignement commun (tsugyo) pratiquaient le bouddhisme pendant autant de kalpa qu'il y a de grains de poussière dans un monde, et les bodhisattvas de l'ensignement spécifique (bekkyo) connaissaient le passé dans chacune des cinquante deux étapes [qui mènent à l'Eveil ]. Dans shakumon, le Bouddha Shakyamuni mentionne...

La récitation des chapitres Hobent et Juryo

Dans la lettre confiée à votre messager, vous dites que vous aviez pour habitude de réciter chaque jour un chapitre du Sutra du Lotus, récitant ainsi le Sutra tout entier en vingt-huit jours, mais que, désormais, vous ne récitez plus que le chapitre Yakuo(XXIII)(note) une fois par jour. Vous demandez s'il ne serait pas préférable de revenir à votre ancienne récitation de tous les chapitres l'un après l'autre.
Lorsqu'il s'agit du Sutra du Lotus, on peut aussi bien réciter tous les jours les vingt-huit chapitres en huit volumes qui composent la totalité du Sutra ; ou n'en réciter qu'un seul volume, un seul chapitre, un seul verset, un seul passage ou même un seul mot ; il est encore possible de réciter le Titre, Namu Myoho Renge Kyo, une seule fois par jour, ou une fois seulement dans une vie ; ou de l'entendre réciter une seule fois dans sa vie et d'en éprouver de la joie ; ou même d'avoir plaisir à entendre la voix d'une personne qui s'est réjouie de l'entendre, et cela jusqu'à la cinquantième...

La preuve du Sutra du Lotus

Nichiren, Pratiquant du Sutra du Lotus
Une personne qui, à l'époque mauvaise des Derniers jours du Dharma, croit dans le Sutra du Lotus et pratique ses enseignements tels que ce Sutra les expose, quelle image renvoie d'elle le miroir du Sutra du Lotus ? Le Bouddha Shakyamuni, de sa bouche dorée, nous dit qu'une telle personne a fait des offrandes à des dizaines de milliards de bouddhas dans ses existences passées. Mais les simples mortels, à l'époque des Derniers jours du Dharma, pourraient encore douter des paroles prononcées par un seul bouddha.
[Avec cette pensée à l'esprit, ] le bouddha Taho vint tout exprès de l'est, de sa Terre de trésors et de pureté, en traversant de nombreux pays. Se tournant vers Shakyamuni, il confirma : "Le Sutra du Lotus est véridique dans son intégralité." Tout cela ne laisse pas la moindre place au doute. Pourtant, le Bouddha sentit peut-être que les simples mortels, à l'époque des Derniers jours du Dharma, ne seraient pas entièrement convaincus.
Il demanda...

Sur la prière


Question - Des trois sortes de prières fondées sur les enseignements des écoles Kegon, Hosso et Sanron, sur les doctrines des trois écoles du Hinayana, de l'école Shingon ou de l'école Tendai, quelle est la plus efficace ?
Réponse - Toutes s'appuient sur des enseignements du Bouddha et peuvent, en ce sens, être considérées comme des prières. Mais les véritables prières sont sans nul doute celles qui s'appuient sur le Sutra du Lotus.
Question - Pourquoi cela ?
Réponse - Les personnes des deux véhicules, même en pratiquant les sutras des quatre premières saveurs pendant un nombre de kalpa égal à celui des grains de poussière que l'on obtiendrait en pulvérisant la terre entière, n'avaient jamais pu atteindre la bodhéité. Mais en entendant le Sutra du Lotus, en un instant, elles sont devenues bouddhas. C'est pourquoi, Mahakashyapa, l'ensemble des douze cents (note) et des douze mille personnes(note), et toutes les personnes des deux véhicules parvenues à la bodhéité, ne laisseront jamais...

Les deux sortes de maladies

Les maladies des êtres humains peuvent être divisées en deux grandes catégories. La première est celle des maladies du corps. Ces maladies physiques consistent en : cent une maladies causées par le déséquilibre de l'élément terre ; cent une, causées par le déséquilibre de l'élément eau ; cent une, dues au déséquilibre de l'élément feu, et cent une, dues au déséquilibre de l'élément vent. Au total, quatre cent quatre maladies(note) . Les maladies de ce type peuvent être guéries par les remèdes prescrits par d'excellents médecins tels que Jisui, Rusui, Jivaka, Bian Que et d'autres. La deuxième catégorie est celle des maladies de l'esprit. Elles sont dues aux trois poisons et sont de 84000. Seul le Bouddha a le pouvoir de les guérir ; les deux divinités brahmaniques [Shiva et Vishnu] ou les trois ascètes ne peuvent pas y parvenir, et moins encore la science de Shennong et Huangdi.
Les maladies de l'esprit connaissent divers degrés de gravité. Les affections dues aux trois poisons, et leurs...

Sur le comportement du Bouddha

Le dix-huitième jour du premier mois intercalaire de la cinquième année de Bun'ei (18 janvier 1268), une missive parvint du grand empire mongol annonçant officiellement l'intention des barbares de l'Ouest de déclarer la guerre au Japon. Ma prédiction, dans le Rissho Ankoku ron que j'ai écrit dans la première année de Bun'nei (1260), se trouve donc ainsi totalement vérifiée. Par conséquent, cet écrit surpasse même les poèmes divinatoires de Bai Juyi ou les prophéties du Bouddha Shakyamuni. Que peut-on concevoir de plus mystérieux en cette époque des Derniers jours du Dharma ? Si le pouvoir était aux mains d'un dirigeant sage et vertueux, les plus grands honneurs au Japon, et même le titre de Grand-maître, me seraient décernés de mon vivant. Je m'attendais à être consulté au sujet des Mongols, à être invité au conseil de guerre, et à ce qu'on me demande de prier pour la défaite de l'ennemi. Mais puisque ce ne fut pas le cas, j'envoyai des lettres d'avertissement à onze autorités de ce pays,...

La bonne fortune en cette vie

Au début du printemps, votre messager m'a remis vos voeux de Nouvel An. Je vous envoie, pour ma part, mes voeux les plus sincères. J'ai reçu vos divers cadeaux, y compris soixante-dix gâteaux de riz, un fût en bambou de saké, la charge d'un cheval de pommes de terre, un sac en papier d'algues séchées, deux bottes de radis, et sept ignames. Une telle offrande est preuve d'une profonde sincérité.
On lit dans le huitième volume du Sutra du Lotus : "Ses souhaits ne resteront pas sans réponse, et il obtiendra en rétribution la bonne fortune en cette vie même."(réf.) On y lit aussi : "En vérité, il obtiendra des rétributions visibles dans sa vie présente."(réf.) Le Grand-maître* Zhiyi* déclare : "Le fils du ciel ne prononce pas un seul mot en vain."(réf.)et "Les paroles du roi du Dharma sont exemptes de tout mensonge."(réf.)
Un dirigeant sage ne ment jamais, même si dire vrai doit provoquer sa perte. A plus forte raison le Bouddha Shakyamuni ne parlerait-il jamais de manière trompeuse ! Lorsqu'il...

l’allégement des rétributions kharmiques

Il y avait deux frères appelés Suri et Handoku. Tous deux répondaient indifféremment au nom de Suri ou Handoku. Vous êtes trois croyants qui leur ressemblez. Si l'un de vous me rend visite, c'est comme si vous étiez tous les trois avec moi.

LeSutra du Nirvana* enseigne le principe de l'allégement du karma. Si les rétributions d'un lourd karma passé ne sont pas effacées durant cette vie-ci, on est voué aux souffrances de l'enfer à l'avenir, mais si l'on subit de grandes difficultés en cette vie, les souffrances infernales disparaîtront aussitôt. Après la mort, on obtiendra les bienfaits du monde des hommes ou du monde du ciel, ainsi que ceux des trois véhicules et du Véhicule suprême. Ce n'est pas un hasard si le bodhisattva Fukyo* a été méprisé, lapidé et frappé à coups de bâton. Il s'était probablement opposé au Dharma correct dans ses vies passées. La phrase "ayant expié ses fautes"(réf.)indique que, parce qu'il rencontra de telles persécutions, le bodhisattva Fukyo* parvint à expier...

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z